Catalogue complet
14015
GOUDEAU Emile:
L'hydropathe. Journal littéraire illustré. Première année n°1, 22 janvier 1879 au n° 24, 31 décembre 1879; deuxième année, n° 1, 15 janvier 1880 au n°8, 12 mai 1880; Collection complète [suivi de] Tout Paris, Hebdomadaire illustré, n°9, 23 mai 1880 au n° 12, 13 juin 1880.‎
9705 CHF

Paris, 1879 - 1880. Demi percaline rose à la Bradel, pièce de titre rouge. La reliure est signée Franz. Franz Ostermann, relieur originaire d'Alsace, s'installe à Paris en 1872, ou il tavailla jusqu'à son décès en 1938.‎

Chaque couverture est illlustrée d'un portrait charge signé Cabriol. De la plus insigne rareté. Le volume s’ouvre sur un n° 1 spécimen non coloré. Le cercle des Hydropathes (ceux que l'eau rend malade) est le plus célèbre parmi ceux qui annoncent le mouvement décadent. Fondé par Emile Goudeau (goût d'eau... ), il se réunit d'octobre 1878 à juin 1880 dans les cafés du Quartier Latin, mêlant poètes, acteurs et musiciens. Il eut son journal au titre éponyme, L'Hydropathe. Son principal mérite fut de donner une chance de publication à de jeunes auteurs alors inconnus : Charles Cros, Paul Bourget, Raoul Ponchon, Maurice Rollinat, Félicien Champsaur. Chaque numéro est illustré en première page d'un portrait-charge rehaussé en couleur, consacré à une célébrité du cercle; dessiné par Cabriol (pseudonyme du poète Georges Lorin), Emile Cohl (inventeur du dessin animé), Alfred Le Petit ou Sapeck. Les portraits-charges figurent André Gill, Félicien Champsaur, Sarah Bernhardt, Charles Cros, Maurice Rollinat, Alphonse Allais, l'illustre Sapeck (Eugène Bataille), Emile Cohl, Emile Zola à califourchon sur un cochon, etc. En 1881, Emile Goudeau transmit le flambeau des Hydropathes à Rodolphe Salis, fondateur du Cabaret du Chat Noir à Montmartre, nouveau creuset de la vie littéraire et artistique. Edition originale. Collection André Vasseur (1974), p. 52. ‎